Le projet

Faire de la France la première puissance économique, agricole et écologique d’Europe d’ici dix ans.

La France dispose de nombreux atouts, et associés à un véritable effort collectif nous y parviendrons. C’est notre conviction, notre objectif. À cet effort, chacun est nécessaire : chaque entreprise, chaque territoire, chaque citoyen. À cet effort, nous devons agir avec conviction et détermination sur des priorités identifiées.

Le monde n’attend pas la France, elle doit s’y faire une place.

Lutter contre le grand déclassement.

Depuis quatre ans, nous vivons sur un faux diagnostic : Emmanuel Macron, en invoquant la « start-up nation », a fait l’impasse sur le réel. Il a vécu dans l’illusion de l’ubérisation et de la financiarisation dont témoigne la vente qu’il a signé en 2014 d’Alstom au géant américain GE.

Patriote et Européen.

Depuis 1958, le projet européen a été une ambition française. Elle doit le rester dans les cinq ans qui viennent, avec lucidité, sans naïveté, avec détermination.

Retrouver l’honneur du travail.

La France doit redevenir elle-même : un pays qui ne se résigne pas à ce que tant de ses territoires deviennent des déserts industriels et d’activité, un pays où chacun doit voir son effort reconnu et peut s’élever grâce au travail bien fait.

Réparer l’école, grande cause nationale du prochain quinquennat.

Dans un monde de plus en plus dur, nos jeunes sont de plus en plus désarmés. Et pourtant : nos élèves ne sont pas moins doués et la France a produit plus de lettrés, plus de savants, plus de créateurs que bien d’autres pays ! C’est le système qui a failli.

La taxe carbone aux frontières est une nécessité.

Une taxe carbone aux frontières de l’Union est absolument indispensable, non seulement pour des raisons financières, mais parce qu’elle permettra de rétablir une concurrence équitable entre l’Europe et ses partenaires commerciaux.

Un moratoire
pour reprendre le contrôle de notre politique migratoire.

Le moratoire n’est pas un slogan. Il ne résultera pas d’une mesure incantatoire ou spectaculaire: il impliquera un faisceau d’actions. Avec de la volonté et du savoir-faire, nous pourrons aller vite.

Un électrochoc d’autorité pour protéger les Français.

Le sentiment d’insécurité domine avec des forces de l’ordre dépourvues de moyens et une justice engorgée. Simultanément, la perte de contrôle de notre politique migratoire a conduit au doublement des flux en dix ans. Il est plus que temps d’agir. C’est pourquoi, nous voulons donner à l’Etat les moyens humains, financiers et législatifs pour qu’il retrouve sa souveraineté.